Notice complète

Choisir un format : Format standard Fiche matricule
Notice 1 sur 1 No Previous Record   No Next Record
Nom d'élève   Périnon, François Auguste (X 1832 ; 1812-1861).
Notice   Premier polytechnicien martiniquais de couleur, premier martiniquais, gouverneur de la Martinique. Enfant naturel de Rose dite Piquion, une esclave affranchie sous le Consulat, une quinzaine d’années avant sa naissance, il a été reconnu, en 1826, en même temps que ses trois frères et sœurs, lors du mariage de sa mère avec M. Pierre dit Perrinon [sic]. Il passe par l’Ecole d’Application de l’Artillerie et du Génie de Metz et devient officier d’artillerie de Marine. En 1839, il est nommé Adjoint à la direction de l’artillerie en Guadeloupe. Il est anti-esclavagiste et en 1847, dans une brochure sur Saint-Martin "Résultats d’expérience sur le travail des esclaves", il s’emploie à démontrer que le travail libre est possible. Un an plus tard, il fait partie de la Commission d’abolition d’esclavage puis est envoyé comme commissaire d’abolition, puis commissaire général à la Martinique (Juin-novembre 1848). Avec Schoelcher, dont il est proche, il est député à l’Assemblée Nationale (1849-1850). Après le coup d’Etat du 2 décembre 1851, il regagne les Antilles et va vivre à Saint-Martin où il exploite des salines. Il refuse de prêter serment à Napoléon III (lettre du 18 avril 1853) ce qui lui vaut d’être rayé des cadres de l’armée / --- Refer. : http://www.esclavage-martinique.com/fr/def/perrinon.htm ; http://fr.wikipedia.org/wiki/Auguste-Fran%C3%A7ois_Perrinon
Nom, filiation   Pérrinon, François Auguste (X 1832 ; autre forme du nom ; 1812-1861).
Objet numérique    RM 

Les champs marqués d'un permettent une recherche étendue à Google Scholar, Google Books et au Système Universitaire de Documentation (SUDOC)

No Previous Record   No Next Record